La finale Dream Championship vue de l’intérieur

Nous avons eu la chance d’être invité par KLab pour couvrir la finale du Dream Championship, le premier tournoi mondial de Captain Tsubasa: Dream Team. On vous raconte comment c’était.

Il n’en restera qu’un

Le tournoi se déroulait dans le Japan Football Museum, le musée de la Fédération Japonaise de football (JFA) où avait lieu pour l’occasion une exposition exceptionnelle liée au jeu. 

Dans une salle dédiée, vous pouviez voir les maillots de l’équipe du Japon des joueurs de la licence avec une fidèle représentation des tailles des joueurs. On vous met la vidéo que l’on a prise pour que vous puissiez profiter. Il y avait également des dessins exclusifs du maitre Yoichi Takahashi. 

Pour en revenir au tournoi, il se déroulait dans une salle qui doit certainement servir pour les conférences de presse de la JFA habituellement, mais cette fois elle était habillée aux couleurs du Dream Championship. Au total, 80 places assises pour les spectateurs, 20 places pour la presse et les médias pour faire face à une grande scène où se trouvait les joueurs et les trios de commentateurs ainsi qu’un écran géant.

Le tournoi a commencé un peu après midi, hasard du tirage au sort les champions des tournois de Tokyo, Paris, Dubaï et Hong Kong se trouvait dans le même tableau. Les matchs commencent à s’enchainer et la pression monte petit à petit en fonction des buts et des arrêts des joueurs. Première surprise, le numéro 1 des qualifications en ligne se fait éliminer dès le premier match, comme quoi les matchs en ligne et les tournois ont des vérités bien différentes. 

French Touch

Vient ensuite l’entrée en lice du premier joueur français, Rukawa de la confédération French God. Il s’était classé 9ème lors des qualifications en ligne. Il affronte un joueur taïwanais qui s’était classé 11ème, un match très stressant à suivre pour nous, mais encore plus à vivre pour lui très certainement. Beaucoup d’éléments en sa défaveur lors de la première mi-temps, mais il a su rester concentré pour remporter son match lors de la séance de penalties. 

A peine le temps de souffler que c’est au tour du second concurrent français. Bijjie a remporté le tournoi de Paris dans une ambiance folle et il affrontait pour son premier match, le vainqueur du tournoi de Dubaï. Un match très disputé entre les 2 joueurs, mais c’est finalement WilloFD qui l’emporte. 

On passe ensuite sur les quarts de finale, la pression augmente sérieusement comme le nombre de personnes dans la salle, les gens sont debout sur les côtés et leur nombre ne fait que grandir. Aucune idée du nombre exacte de personnes présentes, mais on devait être à plus de 120 personnes dans la salle, impressionnant, surtout quand la foule se met à crier ou applaudir pour un but, un poteau ou un arrêt.

Sur la partie de tableau où il n’y avait que des joueurs issues des qualifications en ligne ce sont les joueurs hongkongais qui s’en sortent le mieux à chaque fois et nous aurons le droit à une demi-finale 100% Hong Kong. De l’autre côté Rukawa doit affronter le local de la compétition, c’est à dire le vainqueur du tournoi de Tokyo. Autant vous dire que la salle avait vite choisie son camp entre les 2 joueurs.

Une rencontre très serrée, mais au final c’est le japonais qui prend l’avantage à 15 minutes de la fin du match sur un tir de Napoleon Dream Collection, un comble… Ce but sera fatal à notre français et il n’arrivera pas à revenir. WilloFD, le tombeur de Bijjie, affronte lui le champion du tournoi de Hong-Kong. Il a du aller jusqu’au penalties pour se débarrasser de son adversaire dans un match là encore très serré.

Le dernier carré

La première demi-finale a fait s’affronter Benny et Newman, alors que Benny semblait partir favori du match car très impressionnant jusqu’à présent dans sa maitrise des matchs, c’est finalement Newman qui l’emporte sur un tir de Misaki. 

L’autre match voyait le champion de Tokyo rencontrer celui de Dubaï, forcément la salle avait déjà son favori, mais c’est WilloFD qui ouvre rapidement la marque sur un tir de Hyuga 97, il doublera la mise au début de la seconde mi-temps par ce même Hyuga. Mais, il fallait que ce match soit épique donc quelques instants plus tard, c’est au tour du champion japonais de marquer grâce à Aoi, il lui restait 25 minutes pour trouver la faille et égaliser. Finalement, le score en restera là. WilloFD a eu beaucoup de chance en fin de match, tous les ballons revenant dans les pieds de ses joueurs, mais il en faut pour être champion. 

And the winner is…

C’est l’heure de la grande finale entre WilloFD et Newman, la salle est pleine et la tension est palpable. Le match commence et on sent que chaque duel est d’une importance capitale, tout les arrêts sont applaudis bruyamment. Nous avons le droit à un match très engagé, mais le score est de 0-0 à la mi-temps. La 2ème mi-temps démarre comme la première et les joueurs se rendent coup pour coup, mais personne ne trouve la faille, malgré une dernière tentative dans les ultimes secondes de Newman. 

On part en prolongation, les joueurs n’ont plus beaucoup d’endurance et cela laisse forcément des opportunités. C’est Newman qui saisie la première en ouvrant le score avec son Misaki, WilloFD n’a pas le temps de répondre lors de la 1ère-mi temps de la prolongation. Il faut qu’il donne tout dans ces 15 dernières minutes s’il veut avoir une chance de gagner encore le match. Finalement il trouve la faille grâce à Natureza entré en cours de jeu, qui trompe Morisaki. 1-1, on part pour la séance de tir au but. La salle était en ébullition et chaque tir se faisait sous les acclamations des fans, les 2 joueurs arrêtent le premier tir de l’autre. WilloFD prend l’ascendant en marquant son 2ème et 3ème tir alors que Newman loupe son troisième essai. Les 2 prochains tirs vont avoir une importance capitale, c’est Rainbow qui tir en premier, il loupe son tir, ce qui veut dire si WilloFD marque, il est champion. Mais lui aussi loupe sa frappe. 5ème et dernier tireur, tout ce joue sur ces 2 tirs, Rainbow s’élance et trompe le gardien, il faut absolument que WilloFD marque s’il veut être champion. C’est Ishizaki le tireur, comme un symbole, le gardien s’élance sur la droite, mais il a frappé au milieu de la cage. 

Ça y est c’est fait WilloFD remporte le premier Dream Championship au bout d’un match qui a tenu toutes ses promesses. Il remporte un trophée, ainsi qu’une plaque de champion, une icône exclusive dans le jeu et surtout un dessin unique du maître Yoichi Takahashi. 

Captain Tsubasa

Fans d'Olive et Tom de la première heure, nous avons décidé de créer ce site pour permettre aux fans du jeu Captain Tsubasa Dream Team de trouver toutes les informations sur leur jeu préféré ainsi que des astuces et des tips pour s'améliorer !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.